Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/05/2013

Les larmes de Wazyl

Ce sont des géants aux muscles d'acier, au regard noir, toujours prêts à tackler, jouer des coudes, utiliser leur masse corporelle pour freiner l'adversaire. On les dirait imperméables aux sentiments, intéressés uniquement par la victoire et l'argent qu'elle rapporte. Certains considèrent même qu'ils n'ont pas de cerveau ou alors celui d'un oiseau et que toute leur intelligence, toute leur volonté, ils les ont mises dans leurs pieds.

Et puis, quelque chose, un événement presque fortuit, montre que ce sont avant tout des hommes. Que sous les pectoraux, bat un coeur comme les autres. Et que l'armure peut se fendre chez eux aussi.

Le match pour le titre, l'autre dimanche, au Parc Astrid, fut quelconque. L'enjeu a comme paralysé les acteurs, les Anderlechtois à tout le moins. On retiendra, évidemment, la joie des champions et la dignité de leurs rivaux flamands, qui auront maintenu le suspense jusqu'au bout. Mais une image, surtout, restera gravée dans nos esprits: celle de Wasilewski, que d'aucuns prenaient pour une brute épaisse, une sorte d'ours mal léché, dur au mal, un roc sans âme, pleurant toutes les larmes de son corps en recevant l'hommage de ses dirigeants et des supporters mauves peu avant le coup d'envoi.

On eût dit un gosse submergé par une émotion trop grande pour sa petite âme. Cet athlète aux allures de bûcheron laissait parler son coeur, sans retenue, comme si une digue avait lâché.

Non, mesdames et messieurs, les footballeurs ne sont pas des robots dénués de tout sentiment, ils sont capables d'élans, il leur arrive d'exprimer de la gratitude, de la bonté, voire une certaine grandeur. Wazyl, le rugueux défenseur polonais du Sporting d'Anderlecht, n'a jamais été Noureev. Sur un terrain de foot, il ne nous a jamais fait rêver. Mais dimanche, on aurait bien aimé être son ami et partager avec lui ce moment fort qui nous a fait monter des larmes au bord des yeux, à nous aussi, simple spectateur de son trouble.

         

   

16:19 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.